5 conseils libérer syndrome imposteur travail

Vous doutez constamment de vous-même ou de vos compétences  au travail ? Vous attribuez vos réussites à la chance ou à la bonne humeur du client ? Vous avez l’impression de ne jamais être à la hauteur et de ne pas mériter votre place ? Il semblerait que vous soyez victime du syndrome de l’imposteur, aussi appelé complexe d’imposture.

De façon modérée, ce sentiment d’illégitimité comporte des aspects positifs comme la modestie, l’implication dans son travail et la volonté de donner le meilleur de soi-même. Mais à long terme, cela peut vous gâcher la vie.

Rassurez-vous, il est tout à fait possible de se libérer de ce manque excessif de confiance en soi.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Identifié en 1978 par deux professeures américaines de psychologie, Pauline Rose Clance et Suzanne Imes, le syndrome de l’imposteur est une forme de dévalorisation excessive qui peut toucher tous les individus, quels que soient leur âge, leur sexe, leur profession ou leur statut social.

Malgré leurs réussites, les compliments et les récompenses, les personnes qui en souffrent doutent constamment de leur légitimité au travail. Elles ont le sentiment qu’elles ne méritent pas leur place, qu’elles ne possèdent pas les compétences nécessaires et qu’elles doivent cacher leurs lacunes.

Pour elles, leurs réussites sont liées à des facteurs externes comme la chance, le hasard ou une erreur de jugement des autres à leur égard. Elles ont l’impression de duper leurs collègues et leurs supérieurs hiérarchiques, et elles vivent dans la crainte d’être démasquées à tout moment.

Les personnes souffrant du complexe de l’imposteur ne demanderont jamais d’augmentation et vont même jusqu’à se priver de postuler à un emploi qu’elles estiment ne pas mériter ou refusent d’exprimer leurs idées car elles les jugent sans intérêt.

Ce complexe serait assez répandu et toucherait près de 20 % de la population (Kevin Chassangre et Stacey Callahan, 2017). En 2007, une étude indiquait qu’environ 70% de la population douteraient, au moins une fois dans sa carrière, de la légitimité de sa réussite. Cela se produit généralement lorsque l’on commence un nouvel emploi ou que l’on accepte de nouvelles responsabilités.

8 signes qui ne trompent pas

Voici 8 signes qui indiquent que vous souffrez du complexe de l’imposteur :

  • vous vous infligez une forte pression ;
  • vous manquez de confiance en vous ;
  • vous avez peur d’être démasqué ;
  • vous ne savez pas accepter les compliments ;
  • vous êtes très (trop) perfectionniste ;
  • vous vous autocritiquez et vous dénigrez constamment ;
  • vous estimez que tout le monde peut faire votre travail ;
  • vous attribuez vos succès à un concours de circonstances.

Les conséquences

Anxiété permanente, stress, repli sur soi, le syndrome de l’imposteur a des conséquences néfastes sur votre bien-être, vos relations avec vos collègues ainsi que sur votre travail.

On distingue deux types de réaction possible :

  • la première : la personne qui se perçoit comme un imposteur travaille de manière excessive afin d’être sûre de réussir sa tâche. Sur le long terme, cette attitude risque de conduire au burn out.
  • la seconde : elle procrastine afin de repousser au plus tard la confrontation avec la tâche, et elle se met volontairement en difficulté.

Dans les deux cas, ces attitudes nuisent à la santé de la personne ainsi qu’à son épanouissement dans sa vie professionnelle comme dans sa vie personnelle. Il est important d’agir rapidement avant qu’il ne soit trop tard.

Suivez ces 5 conseils pour retrouver confiance en vous et surmonter le syndrome de l’imposteur.

5 conseils pour se libérer du complexe d’imposture

1. Reconnaissez que vous souffrez du syndrome de l’imposteur

C’est la première étape indispensable pour retrouver votre confiance en vous. Si vous vous reconnaissez dans les signes cités plus haut, il est fort probable que vous soyez victime du complexe de l’imposteur. En prendre conscience est une étape décisive pour vous en libérer.

2. Parlez-en à votre entourage

Le fait de parler à un proche ou à un professionnel (médecin ou psychologue) de votre souffrance, de vos angoisses et de votre peur de ne pas vous sentir à votre place est un excellent moyen de vous sentir mieux. Non seulement vous allez mettre des mots sur votre mal-être, mais vous allez rapidement vous rendre compte que vous n’êtes pas la seule personne dans cette situation. En effet, tout le monde doute et a peur de ne pas être à la hauteur. Vous réaliserez que vous êtes tout à fait normal et qu’il n’y a pas de honte à douter de soi.

3. Arrêtez de vous comparer aux autres

Enfant, nos parents ont souvent tendance à nous comparer à nos frères et sœurs. Il n’y a rien de pire pour grandir en doutant de soi. Chaque être humain est unique et possède des compétences, des connaissances et des talents qui lui sont propres. Cessez de vous comparer aux autres et acceptez qui vous êtes, avec vos réussites et vos échecs.

Rassurez-vous, si vos collègues de bureau sont compétents aujourd’hui, ils ont certainement eu leur moment de doute hier, comme vous.

4. Acceptez que le perfectionnisme n’existe pas

Non, personne n’est pas parfait et d’ailleurs, la perfection n’existe pas. Tout le monde fait des erreurs, c’est inévitable et cela fait partie de la vie. C’est grâce à nos erreurs que l’on apprend et que l’on s’améliore.

En acceptant cela et surtout en acceptant qui vous êtes, avec vos qualités et vos défauts, vous aurez une meilleure estime de vous-même.

5. Apprenez à accepter les compliments

Cessez de rejeter les compliments en bloc et de vous focaliser uniquement sur les critiques négatives. La prochaine fois que votre responsable vous félicite pour votre travail ou que vos collègues vous remercient de vos efforts, écoutez-les attentivement, appréciez ce qu’ils vous disent et remerciez-les avec le sourire. C’est aussi simple que cela.

Gardez une trace de ces compliments et de vos réussites en les notant soigneusement dans un carnet. Ainsi, dès que vous doutez de vous, consultez votre carnet afin de rebooster votre confiance.

Si malgré ces conseils, la situation ne s’améliore pas, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé mentale qui vous aidera à retrouver confiance en vous.

New call-to-action