Gestion du temps de travail

Semaine de 4 jours : quel impact sur la productivité des équipes ?

Semaine de 4 jours : quel impact sur la productivité des équipes ?

En France, le présentéisme ou la culture des horaires à rallonge est encore très forte. Selon une étude réalisée par Glassdoor en 2019, 26 % des personnes interrogées avouent être déjà restées au bureau uniquement pour être bien vues, sans être productives. 30 % affirment qu’il est mal vu de quitter le bureau avant 18 h et 28 % se sentent gênées d’être les dernières arrivées au bureau le matin.

Cependant, présentéisme rime rarement avec productivité. C’est plutôt le contraire : le manque de concentration et la fatigue réduisent la productivité et pire, cela entraîne des erreurs ainsi qu’une baisse de qualité du travail.

Et si, pour améliorer la productivité des équipes, on oubliait le présentéisme et la traditionnelle semaine de cinq jours pour adopter la démarche inverse, c’est-à-dire le passage à la semaine de quatre jours ? Explications.

Qu’est-ce que la semaine de quatre jours ?

Traditionnellement, le temps de travail hebdomadaire est réparti sur cinq jours, avec deux jours de repos. La semaine de quatre jours consiste donc à réorganiser le travail sur quatre jours au lieu de cinq, et ainsi de voir le temps de repos hebdomadaire passer de deux à trois jours.

Pour cela, deux options sont possibles :

  • soit on réduit le nombre d’heure de travail par semaine,
  • soit on augmente l’amplitude de la journée de travail.

Chaque entreprise peut adapter ce rythme de travail selon ses besoins et ses envies. Par exemple, l’entreprise Basecamp dans le Colorado aux Etats-Unis, adopte la semaine de quatre jours du 1er mai au 31 août, lorsque les jours sont les plus longs. L’entreprise française Je porte mon bébé (JPMBB) a décidé de faire la même chose.

Quel que soit le modèle choisi, l’idée est que les employés conservent le même salaire que lorsqu’ils travaillaient cinq jours par semaine, même si le nombre d’heures total a diminué.

En France, c’est Pierre Larrouturou qui prône la semaine de quatre jours dès 1993. Elle a même été mise en application par la droite en 1996, avec la loi Robien sur l’aménagement du temps de travail, mais celle-ci a été abrogée avec la promulgation des lois Aubry (en 1998 et 2000).

La semaine de quatre jours améliore-t-elle la productivité des équipes ?

Plusieurs entreprises aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande, en Suède, aux Pays-Bas et en France ont déjà testé et approuvé ce nouveau rythme de travail. Cela n’a rien d’étonnant car la semaine de quatre jours aurait un impact positif sur la productivité des équipes.

Un meilleur équilibre vie pro / vie perso

Le bien-être au travail passe par un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Avec quatre jours de travail et trois jours de repos, l’équilibre est rétabli. Car un jour de travail en moins par semaine, c’est un jour de plus pour s’occuper de soi, passer du temps avec sa famille et ses amis, pratiquer ses activités préférées, se reposer et se déconnecter, partir en week-end, etc.

De plus, après une coupure de trois jours, le salarié retourne au travail ressourcé, détendu et plein d’énergie. La semaine de quatre jours contribue donc à avoir une vie personnelle plus épanouie et à être plus heureux. Et le bonheur rend plus productif. 

Les salariés heureux sont plus productifs

Un salarié heureux est un salarié plus productif. Cette affirmation a été validée par de nombreuses études. En 2015, l’Université de Warwick, au Royaume-Uni, révèle que le fait d’être heureux augmente la productivité de 12% et que les employés mécontents sont 10% moins productifs que les employés satisfaits. D’autres études réalisées par Harvard/MIT indiquent que des collaborateurs heureux sont 31 % plus productifs, deux fois moins malades, six fois moins absents et 55% plus créatifs.

Plusieurs éléments contribuent au bonheur des salariés dans leur entreprise :

  • la reconnaissance de leur travail,
  • le salaire et les avantages sociaux divers,
  • des conditions de travail agréables (horaires flexibles, possibilité de faire du télétravail, etc.),
  • un espace de travail sain et confortable (salle de pause, cuisine ou cantine, espaces verts ou terrasse, etc.),
  • les possibilités d’évolution de carrière (formation, promotion, augmentation, etc.),
  • l’équilibre vie privée et vie professionnelle.

La semaine de quatre jours s’inscrit parfaitement dans cet état d’esprit.

Une plus grande motivation

Sachant qu’un week-end de trois jours les attend, les salariés sont plus motivés pour terminer leur travail dans les temps afin de pouvoir partir l’esprit tranquille.

Ainsi, les trois jours de repos agissent comme une carotte. Pour en profiter pleinement, les salariés sont prêts à travailler efficacement et sans relâche. Ils sont plus productifs et accomplissent leurs tâches plus rapidement. Grâce à la semaine de quatre jours, finis la procrastination (c’est-à-dire le fait de repousser son travail au lendemain) et le manque de motivation.

Une meilleure organisation

La semaine de quatre jours obligent vos collaborateurs à mieux s’organiser, à hiérarchiser leur travail et à réévaluer leurs priorités. On laisse de côté les tâches secondaires pour se concentrer sur les tâches importantes et urgentes. Ce qui compte réellement, c’est la qualité du travail fourni, plutôt que la quantité d’heures effectuées.

Pour travailler mieux en moins temps, on améliore les processus de l’entreprise et on utilise des outils qui permettent de mieux organiser son travail et de gérer efficacement ses tâches et ses projets. Le logiciel de gestion de projet Wimi est indispensable pour améliorer la productivité des équipes car il vous permet de suivre facilement l’évolution de vos projets et de centraliser vos documents, vos tâches, vos calendriers et vos discussions sur une seule et même plateforme.

Conclusion

Le succès des différentes expérimentations montre bien que la semaine de quatre jours contribue à augmenter la productivité des collaborateurs. En offrant des week-ends de trois jours à ses salariés, Microsoft Japon a vu sa productivité augmenter de 40% (sans parler d’une réduction de sa facture d’électricité de 23% et d’une baisse de sa consommation de papier de 60%) !

Alors, est-ce bientôt la fin de la traditionnelle semaine de 5 jours ?

New call-to-action