Gestion de projet

eXtreme Programming : guide d’introduction pour les débutants

La satisfaction du client doit être au cœur de la stratégie de toute entreprise. Et pour s’assurer que celui-ci est satisfait, il est indispensable de l’inclure tout au long du processus de réalisation du projet et de collaborer avec lui afin de prendre en compte ses exigences et ses modifications. Toutes les méthodologies agiles appliquent ce principe. C’est le cas de la méthode eXtreme Programming ou XP qui garantit que le produit ou service livré répond précisément aux besoins du client.

En suivant cette méthode, votre équipe projet peut ainsi être réactive face aux changements qui surviennent à tout moment durant le cycle de vie du projet.

Mais pourquoi eXtreme Programming ? Parce que cette méthode est considérée comme la mise en œuvre la plus extrême de l’approche agile.

Définition

Le premier projet réalisé en suivant la méthode eXtreme Programming date du 6 mars 1996. Ce sont Kent Beck, Ward Cunningham et Ron Jeffries qui développent et affinent la méthode en travaillant sur le projet « C3 » de calcul des rémunérations au sein de l’entreprise américaine Chrysler. La méthode est officiellement publiée en octobre 1999 dans le livre Extreme Programming Explained de Kent Beck.

A l’origine, la méthode XP a été créée pour le secteur informatique et le développement de logiciels. Mais depuis, elle a permis le succès de nombreux projets au sein d’entreprises de tailles et de secteurs différents dans le monde entier.

Les principes de l’eXtreme Programming sont ceux de l’approche agile, mais poussés à l’extrême. Cette méthode prône la collaboration entre tous les acteurs d’un projet : membres de l’équipe projet, clients, fournisseurs, prestataires, etc. Elle se base sur des processus itératifs, c’est-à-dire des cycles courts qui incluent des tests, des échanges avec le client et des livraisons en continu. De cette façon, l’équipe projet peut rapidement détecter et éliminer les erreurs, et elle peut immédiatement mettre en place les changements demandés par le client.

Valeurs

La méthode XP s’appuie sur cinq valeurs fondamentales :

  • Communication : essentielle à la réussite du projet, elle permet de détecter rapidement les problèmes et de les résoudre au plus vite. Il s’agit de communication entre les membres de l’équipe projet et avec le client. La communication en face à face doit être privilégiée.
  • Simplicité : « la simplicité est le secret de la réussite. » André Rochette
    Dans la méthode XP, on privilégie la simplicité et on ne développe que ce qui est nécessaire et requis à l’instant T, rien de plus. Inutile d’essayer d’anticiper, ni de se perdre dans des considérations accessoires. Il sera toujours possible de faire évoluer le produit par la suite.
  • Feedback : Les tests réguliers sur le produit, les cycles courts et les livraisons fréquentes permettent de détecter les erreurs, d’avoir des retours rapides et ainsi de continuer à l’améliorer. Il est essentiel que l’équipe projet et le client partagent leurs feedback aussi souvent que possible pour que chaque demande de modification soit prise en compte immédiatement.
  • Courage : les changements demandent du courage. En effet, il faut du courage pour revoir ce qui existe mais ne fonctionne pas, et recréer quelque chose de nouveau, adopter une nouvelle technique, ou modifier totalement l’organisation du projet. Cela signifie aussi avoir le courage de ne pas abandonner, être persistant pour réussir.
  • Respect : cette valeur inclut le respect des autres ainsi que le respect de soi. Il est essentiel de respecter les personnes avec lesquelles vous travaillez, qu’elles fassent partie de l’équipe projet ou non. Le respect mutuel contribue à la bonne ambiance au sein de l’équipe et à sa performance.

Comment ça marche ?

Les cinq valeurs de l’XP sont déclinées en treize pratiques qui s’appuient les unes sur les autres.

  • Client sur site : pour assurer les feedback rapides et réguliers entre le client et l’équipe projet, le client doit être représenté sur place pendant toute la durée du projet. Ce représentant est disponible pour répondre aux questions de l’équipe, proposer des idées et définir les priorités. 
  • Jeu du planning (ou planning poker) : il s’agit d’une réunion organisée au démarrage de chaque nouvelle itération. L’équipe et le client échangent sur le travail accompli, partagent leurs feedback et discutent des prochaines tâches à réaliser. Celles-ci sont ensuite affectées aux membres de l’équipe projet.
  • Intégration continue : les fonctionnalités sont intégrées au projet au fur et à mesure de leur réalisation. On évite ainsi une surcharge de travail et de stress pour tout intégrer au projet juste avant la livraison. Les tests sont essentiels : dès qu’ils sont positifs, l’itération est considérée comme terminée.
  • Petites livraisons : des livraisons régulières permettent des feedback client plus fréquents et la détection des éventuelles erreurs plus rapidement pour les corriger dès la prochaine itération.
  • Rythme soutenable : personne ne doit fait d’heures supplémentaires. Si c’est le cas, revoyez le planning. Un collaborateur fatigué sera moins performant et risque de faire plus d’erreurs.
  • Tests fonctionnels : ces tests permettent de vérifier l’avancement du projet. S’ils sont validés, l’itération est terminée.
  • Tests unitaires : chaque fonctionnalité est testée pour s’assurer qu’elle fonctionnera comme prévu. Elle est vérifiée avec ce même test pendant toute la durée du projet. Ce type de test, souvent automatique, permet d’identifier les erreurs.
  • Conception simple : on évite les complications, on reste simple et on va à l’essentiel en prenant en compte les besoins actuels du client, sans rien anticiper. Chaque livrable pourra évoluer dans les prochaines itérations.
  • Utilisation de métaphores : l’équipe projet et le client doivent parler le même langage pour se comprendre, et comprendre le fonctionnement du projet et du produit final. Des termes simples et des métaphores peuvent être utilisés.
  • Refactoring (ou remaniement du projet) : le projet et ses fonctionnalités sont constamment améliorés pour éviter les erreurs et fournir un produit final impeccable.
  • Appropriation collective du projet : la responsabilité du projet est partagée par l’ensemble de l’équipe. Chaque collaborateur peut améliorer des fonctionnalités, même celles sur lesquelles il n’a pas travaillé.
  • Convention de nommage : facilitez le travail de chacun grâce à l’utilisation des mêmes termes pour tout ce qui se rapporte au projet.
  • Travail en binôme : deux collaborateurs sont assignés à chaque tâche, un pilote et un copilote. Ce mode de fonctionnement permet d’éviter les erreurs et de fournir de meilleurs livrables du premier coup.

Conclusion

La méthode XP applique les principes agiles à l’extrême. Simplicité, réactivité de l’équipe projet, feedback réguliers et intégration des changements sont les bases de cette méthode.

Pour qu’elle fonctionne, il est indispensable que tous les acteurs du projet collaborent ensemble, et surtout que le client soit entièrement impliqué dans le projet.

New call-to-action