Blog

 > 

Droit à la déconnexion : comment aider vos collaborateurs ?

Droit à la déconnexion : comment aider vos collaborateurs ?

droit à la déconnexion
Publié par David Galiana, le mardi 22 février 2022

Qu’il semble loin le temps où le travail s’arrêtait à la porte du bureau. Avant Internet, les smartphones et les notifications, notre journée ou notre semaine de travail se terminait par un « bonne soirée » ou un « bon week-end » lancé à nos collègues avant de rentrer à la maison où nous ne pensions (presque) plus au travail jusqu’au lendemain ou au lundi suivant.

Aujourd’hui, accrochés 24h/24 à nos smartphones, nous avons tendance à consulter nos messages professionnels après avoir couché les enfants, entre deux verres à l’apéro ou au bord de la piscine durant nos congés. Désormais, les salariés sont hyperconnectés, et la barrière entre vie privée et vie professionnelle tend à disparaître. Et cela s’est encore accentué avec l’essor du télétravail.

Cette hyperconnexion est néfaste car elle génère stress, tension et mal-être, elle nuit à la santé des salariés et elle détériore les relations familiales. Pour tenter de lutter contre ce phénomène, le Code du travail a instauré le droit à la déconnexion, entré en vigueur depuis le 1er janvier 2017 dans la « Loi travail ».

Découvrez comment encourager vos collaborateurs à appliquer ce droit à la déconnexion.

Qu’est-ce que le droit à la déconnexion ?

Le droit à la déconnexion, c’est le droit du salarié de ne pas être joignable par son employeur et de se déconnecter de ses outils numériques professionnels en dehors des heures de travail, y compris lorsqu’il est en télétravail.

Le droit à la déconnexion consiste à :

  • maintenir la séparation et l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle ;
  • faire respecter les horaires de travail ;
  • garantir le respect des temps de repos et des congés ;
  • prévenir les risques psychosociaux ;
  • protéger la santé des salariés.

Avec l’essor du télétravail et l’utilisation des outils numériques, les salariés ont de plus en plus de mal de se déconnecter de leur travail. Selon une étude réalisée par QAPA en juillet 2020, 71% des Français répondent aux e-mails ou aux appels professionnels pendant leurs congés. Une autre étude menée par Qualtrics et Google en mai 2021 révèle que 68% des employés n’utilisent qu’un seul et même smartphone pour leur travail et leur vie privée, ce qui rend la déconnexion plus compliquée. Enfin, en 2018, une étude réalisée par le cabinet ELEAS indiquait que 65% des cadres interrogés utilisaient leurs outils professionnels numériques le soir et 62% le week-end.

L’objectif du droit à la déconnexion vise à limiter l’hyperconnexion des salariés et à améliorer la qualité de vie et le bien-être au travail.

New call-to-action

Ce que dit la loi

En France, le droit à la déconnexion est inscrit dans le Code du travail depuis janvier 2017 et il concerne tous les salariés (les cadres, les salariés itinérants, en télétravail ou à temps partiel, etc.). Les entreprises de plus de 50 salariés doivent déterminer les règles de déconnexion lors des négociations annuelles sur la qualité de vie au travail et les dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques.

Quant aux entreprises de plus de 11 salariés, elles doivent élaborer une charte qui définit les modalités d’application du droit à la déconnexion et prévoit des actions de formation et de sensibilisation pour un usage raisonnable des outils numériques.

L’objectif est notamment de s’assurer que tout salarié bénéficie d’une période de repos quotidien de minimum 11 heures consécutives entre deux journées de travail.

Actuellement, il n’existe aucune sanction pour un employeur n’ayant pas mis en œuvre de dispositions légales pour le droit à la déconnexion. Cependant, il pourra être contraint de verser des indemnités d’astreinte aux salariés à qui il aura demandé d’être joignables en dehors des heures de travail. L’employeur peut également être sanctionné s’il ne respecte pas la durée minimum de repos des salariés ou s’il ne respecte pas l’obligation de négocier la qualité de vie au travail.

Comment aider vos collaborateurs à se déconnecter

Voici quelques conseils pour mettre en place le droit à la déconnexion au sein de votre entreprise et aider vos collaborateurs à se déconnecter.

  • Communiquez sur le droit à la déconnexion et sensibilisez vos salariés aux risques de l’hyperconnexion sur la santé (stress, anxiété, épuisement, etc.).
  • Changez la culture de l’entreprise et évitez de promouvoir le présentéisme et l’hyperconnexion. Ne mettez pas la pression à vos salariés pour qu’ils répondent aux messages envoyés après les heures de travail.
  • Demandez à vos managers de montrer l’exemple. Formez-les pour qu’ils changent leurs mauvaises habitudes et qu’ils transmettent les bonnes pratiques à suivre à leur équipe.
  • Modifiez votre façon de communiquer. Par exemple, privilégiez la communication asynchrone, c’est-à-dire qui ne nécessite pas une réponse immédiate. Définissez des horaires pendant lesquels il est interdit d’envoyer des messages, par exemple entre 18h et 8h. Certains outils collaboratifs vous permettent de programmer vos messages ou emails afin qu’ils soient envoyés à des heures convenables. Pour les sujets qui ne nécessitent pas de réponse rapide, demandez à vos salariés de préciser dans l’objet du message « non urgent ».
  • Demandez à vos collaborateurs d’indiquer leurs heures de travail, c’est-à-dire les périodes durant lesquelles ils peuvent être contactés. Si vos collaborateurs ont des horaires flexibles, demandez-leur de préciser les créneaux pendant lesquels ils sont joignables, notamment en utilisant un agenda partagé ou un calendrier en ligne. Si vous travaillez avec des collaborateurs dispersés aux quatre coins du monde, soyez attentif aux fuseaux horaires.
  • Encouragez le bien-être et la qualité de vie au travail. Soyez clair sur le nombre d’heures de travail hebdomadaires, les conditions du télétravail, les résultats attendus et les bénéfices offerts à chaque salarié. Ainsi, vos collaborateurs savent ce que vous attendez d’eux et peuvent se déconnecter une fois le travail accompli, sans craindre de répercussions.
  • Respectez les vacances de vos salariés. Pour éviter tout contact avec un collaborateur en congés, demandez-lui de transmettre toutes les informations nécessaires à ses collègues avant son départ. Encouragez-le à couper les notifications des outils de communication pour éviter toute tentation d’y jeter un œil et de répondre. Utilisez une suite collaborative complète comme Wimi pour qu’à son retour, votre collaborateur puisse rapidement s’informer sur tout ce qui s’est passé en son absence.

Aujourd’hui, le travail à distance rend la déconnexion plus difficile. En tant qu’employeur, veillez à ne pas confondre motivation et hyperconnexion, et faites respecter le droit à la déconnexion pour encourager vos salariés à se déconnecter sans culpabiliser.

 

New call-to-action

Nos thématiques 

Vous souhaitez en apprendre plus sur un sujet en particulier ?
Consultez nos ressources thématiques.

Devenez un expert du travail d’équipe.
Abonnez-vous à notre newsletter.

La protection des données est au cœur de nos préoccupations. Wimi utilise les informations que vous fournissez afin de vous proposer des informations et du contenu pertinent sur nos produits et services. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité.

Des milliers d’entreprises utilisent
Wimi pour rendre le travail d’équipe
simple, fluide et efficace.