Blog

 > 

Comment les DSI vont implémenter le travail hybride en 2021 ?

Comment les DSI vont implémenter le travail hybride en 2021 ?

Comment les DSI vont implémenter le travail hybride en 2021 ?
Publié par David Galiana, le jeudi 27 mai 2021

Depuis la pandémie, de nombreux changements se sont opérés dans notre société, tant au niveau personnel que professionnel. Si nous passions déjà beaucoup de temps en ligne au travail comme à la maison, le confinement a largement amplifié le phénomène. Désormais, les entreprises ont accéléré leur transformation digitale et le télétravail s’est imposé comme la nouvelle façon de travailler.

Cependant, le travail en entreprise est loin d’être mort. Une étude de Morgan Stanley réalisée en juillet 2020 indique que 83% des Français sont retournés au bureau contre seulement 34% des Britanniques, soit le chiffre le plus élevé de toute l’Europe. Si certains employeurs préfèrent voir leurs salariés travailler dans les locaux de leur entreprise, les salariés eux-mêmes sont heureux de retourner au bureau et de retrouver leurs collègues afin de maintenir un lien social.

C’est pourquoi aujourd’hui, le concept de travail hybride se développe de plus en plus.

Qu’est-ce que le travail hybride ?

Le travail hybride est un mélange entre le travail à distance et le travail en présentiel, c’est-à-dire dans les locaux de l’entreprise. Certains employés peuvent alterner une semaine en présentiel, puis une semaine en télétravail, tandis que d’autres partagent leur semaine entre leur domicile et leur lieu de travail.

L’utilisation du mot « phygital » (fusion de « physique » et « digital ») est de plus en plus fréquente pour parler de travail hybride. Ce terme est employé depuis quelques années pour désigner le parcours d’achat à la fois physique et digital du consommateur moderne. Aujourd’hui, ce terme s’applique également aux collaborateurs qui, grâce à l’essor des nouvelles technologies, peuvent travailler de la même façon qu’ils soient sur site ou à distance.

Selon une étude internationale du Groupe Adecco, 73% des Français déclarent que le meilleur modèle d’organisation de travail est hybride et intègre à la fois travail sur site et télétravail. Découvrez comment la direction des systèmes d’information (DSI) doit s’y prendre pour que ce mode de travail s’installe efficacement dans l’entreprise.

Comment la DSI met en place le travail hybride ?

Afin de s’adapter aux demandes du gouvernement qui souhaite maintenir le télétravail de manière durable dans les entreprises, et de répondre aux désirs des salariés de retourner travailler dans les locaux de leur entreprise, les DSI sont fortement sollicitées pour organiser le travail hybride.

Voici 3 façons dont les DSI doivent procéder pour mettre en œuvre le travail hybride au sein de leur organisation.

Repenser la manière de travailler

Du jour au lendemain, les salariés se sont retrouvés à travailler depuis la table de leur cuisine, à participer à une visioconférence entre deux siestes de leur(s) enfant(s) et à envoyer des fichiers via une connexion wifi moyennement sécurisée.

Si ces changements ont été aussi soudains que brutaux, il est désormais clair que ces nouvelles pratiques vont durer au-delà de la situation sanitaire actuelle. Les DSI doivent donc entièrement repenser la manière de travailler. Pour cela, elles peuvent s’appuyer sur l’expérience acquise l’année dernière, en capitalisant sur ce qui a fonctionné et en améliorant les points bloquants.

Ainsi, la mise en place d’une digital workplace est devenue la nouvelle norme. L’objectif est de rassembler sur un espace de travail numérique sécurisé tous les outils, logiciels et applications utilisés par l’ensemble des salariés. La communication, la collaboration, les échanges spontanés ainsi que la formation doivent être facilitées via des outils adaptés. Il est également important de recueillir le feedback des collaborateurs pour savoir quelles fonctionnalités et quels usages sont appréciés et ceux qui nécessitent d’être corrigés, perfectionnés ou modifiés.

L’objectif est que les salariés restent motivés et continuent d’être efficaces et performants dans la réalisation de leurs tâches, quel que soit leur lieu de travail.

Gérer la sécurité

Avec la pandémie, la cybercriminalité a fortement augmenté. En effet, entre 2019 et 2020, l’ANSSI (l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) a constaté une hausse de 255% des signalements d’attaques par ransomware.

Cela s’explique notamment par la généralisation du télétravail où les salariés utilisent leur appareil personnel et leur connexion wifi, souvent moins bien sécurisés que ceux de leur entreprise. Le shadow IT est également l’une des causes des failles de sécurité dans les entreprises. Il s’agit d’applications et de logiciels que les salariés téléchargent et utilisent sans l’autorisation de la DSI.

Ainsi, pour éviter les cyberattaques et les problèmes de sécurité des données (aussi bien celles de l’entreprise que celles des télétravailleurs), les DSI doivent mettre en place et/ou renforcer leur politique de sécurité et de confidentialité. Elles doivent également s’assurer que les collaborateurs ont tous les outils dont ils ont besoin pour accomplir efficacement leurs tâches et de manière sécurisée, et ainsi être productifs quel que soit l’endroit où ils se trouvent. Enfin, elles doivent prévoir des sauvegardes régulières et un système de backup.

Prendre en compte les besoins psychologiques

L’homme est un animal social disait Aristote. Même si vous ne supportiez plus les interruptions fréquentes pour répondre aux demandes urgentes de vos collègues. Seul dans votre cuisine, cela vous manque. Nous avons un besoin inné d’être en relation avec les autres, d’où l’importance de rester en lien avec ses collègues de bureau. Pour beaucoup, le télétravail est un problème car il brise ce lien social, ce qui entraîne souvent une baisse de motivation et d’engagement chez les salariés.

Des études ont également révélé que le télétravail a un impact sur la santé mentale des salariés et serait à l’origine de l’apparition de risques psychosociaux : stress, sentiment d’isolement, surcharge de travail, déséquilibre entre vie pro et vie perso, sentiment d’être constamment sous surveillance.

Le travail hybride est donc un bon moyen de conserver ce lien social et d’éviter l’isolement ressenti par les télétravailleurs puisqu’il alterne télétravail et présence au bureau. La DSI doit s’associer avec la DRH pour lutter contre les risques psychosociaux et préserver le sentiment d’appartenance à l’entreprise. Ensemble, elles doivent former les managers à gérer une équipe hybride et mettre en place des outils pour maintenir le lien entre les équipes à distance, comme l’organisation de petits déjeuners en présentiel (et en virtuel) une fois par semaine, le travail en groupe par visioconférence, des activités de groupe, le travail en binôme où chacun veille au moral de l’autre, etc.

En résumé

En 2021, le travail hybride, mêlant travail à distance et sur site, s’impose dans les entreprises. Aujourd’hui, les DSI doivent offrir aux salariés un environnement de travail flexible et sécurisé leur permettant de travailler efficacement et de maintenir un lien avec leurs collègues et leur manager, quel que soit le lieu où ils se trouvent. Pour cela, elles doivent repenser la façon de travailler, miser sur la sécurité et prendre en compte les risques psychosociaux. Un vrai défi pour les années à venir.

Nos thématiques 

Vous souhaitez en apprendre plus sur un sujet en particulier ?
Consultez nos ressources thématiques.

Devenez un expert du travail d’équipe.
Abonnez-vous à notre newsletter.

La protection des données est au cœur de nos préoccupations. Wimi utilise les informations que vous fournissez afin de vous proposer des informations et du contenu pertinent sur nos produits et services. Vous pouvez vous désinscrire de ce type de communications à tout moment. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité.

Des milliers d’entreprises utilisent
Wimi pour rendre le travail d’équipe
simple, fluide et efficace.